IMG_0812

Etape Karisma(tique)

Toujours aussi enthousiastes à l’idée d’avaler un asphalte en si bon état, le trajet vers Amed ne prendra que l’équivalent d’un match de rugby, troisième mi-temps comprise.

IMG_1066

2 ans et demi après le passage de l’ouragan Clem sur le littoral est balinais, le décor a quelque peu changé dans la région. Une poignée d’hôtels a grappillé les espaces vierges entre les villages ; malgré tout, cette petite province a le mérite d’accueillir pas mal de touristes tout en préservant son côté détente.

IMG_0495

IMG_0494

Détente, vous avez dit ? Le pic saisonnier étant passé, nous entendons par détente un hôtel des plus vides par exemple. Seuls. Personne dans notre hôtel lors de la première nuit. Pas même un employé à qui hurler notre désespoir en cas de moustiquaire trouée. Une dose de courage et la vue du balcon sur la mer suffiront néanmoins à apaiser notre nuitée. Bonne nouvelle, car un bol d’énergie est nécessaire pour notre nouvelle session de GoPro sous-marine, programmée dans les jours à venir. Une seule plongée cette fois-ci, car nous aurons vidé ces derniers mois nos bouteilles aussi vide que nos comptes en banque, et nous devons mettre de côté quelques roupies pour notre dernière étape plus au sud, point d’orgue de la plongée balinaise.

L’offre en termes de clubs de plongée n’est pas en reste ; rien que cette année, pas moins de 4 centres ont / vont ouvrir boutique.
L’occasion est trop belle pour aider à se lancer de jeunes entrepreneurs. Bingo, Amed Jepun Divers vient de hisser son drapeau la veille au soir en face de notre bivouac. Et après booking dans leur centre, Serge et Kiki nous annoncent que nous sommes officiellement leurs premiers clients. Tradition oblige, se jeter dans le grand bain de l’entreprenariat à Bali implique plus qu’une simple coupure de ruban à l’ouverture.

10885412_1469258660068848_3188883313082103045_n
Nous signons donc pour le package plongée / cérémonie costumée de bénédiction d’Amed Jepun Divers. Oui, même si nos instructeurs ne sont pas abonnés au Bouddha Club, la législation impose à tout nouveau business étranger de s’associer corps et âme avec un local. Et qui dit local, dit religion. De fait, impossible d’échapper aux mœurs bouddhistes, et aux quelques roupies qui vont avec… C’est donc dans la joie et la bonne humeur que nous récitons le soir venu des incantations sans queue ni tête, mais qui au moins le mérite de sentir bons. Fleurs, encens, eau fraîche et riz blanc, tout est là (et sur notre front) pour apporter bonne-aventure & good karma aux futurs commerçants. Après un repas d’après prière au poulet béni, nous regagnons notre hôtel Overlook, et fermons tranquillement les yeux sur fond sonore d’océan indien.

IMG_0480

IMG_0460
Frais comme des coqs, c’est à 7h tapantes que nous levons l’encre de la chambre et rejoignons Serge dans ses locaux. Le bonhomme est matinal, et son copain aussi. Ou peut-être pas son copain. Vêtu d’un costume militaire et de tous les badges qui vont avec, l’inconnu n’a pas l’air des plus méchants, mais les divers papiers qu’il tient à la main n’ont pas non plus l’air de faire sourire Sergio. Pas de panique, il ne s’agit que des quelques formalités supplémentaires à remplir (ainsi que quelques roupies qui vont avec…) pour que l’ouverture du centre soit 100% officielle.
> Plongée repoussée au lendemain.
>
 Plan B, nous partons en snorkling vers un temple immergé pour la journée.

IMG_0484

L’aube suivante, le réveil annonce cette fois-ci 6.00 AM pour s’assurer de mettre le pied dans l’eau avant la horde de plongeurs. Et paf ! Nouvelle claque de plongée. Nous sommes aujourd’hui aux portes de l’USS Liberty (prêt de 120m de long), un navire américain coulé par les Jap’ en 1942 aux larges de Tulamben. 70 ans à 18 mètres de profondeur, puis poussé par un ouragan, le navire se trouve désormais le long de la côté à quelques 15m de profondeur. On suit le guide sans se presser, pour profiter des couleurs et de l’immensité du navire. La vie marine a pris ses quartiers sur le bateau ; ça grouille la dessous : requins, parrot fish, mérous etc.
Genial. Et d’ailleurs, pour les frileux de la plongée en bouteille, pas de panique. A quelques km plus loin, les Jap’ en ont pris pour leur compte également, et une autre épave d’une vingtaine 20aine de mètre gît là, pour le plus grand bonheur des snorkleurs.)

Le temps de prendre quelques coups de soleil sur les plages d’Amed, et nous souhaitons bon courage à Jepun pour la suite de son aventure. La nôtre doit nous amener tout droit direction Nusa Lembogan.

Notre embarcadère pour cette île se situe un peu plus au sud d’Amed, sur les rives de Padang Bai. Malheureusement, le sort s’acharne à vouloir nous séparer de notre moto. En effet, impossible de monter sur le bateau en embarquant notre bolide. Non, hors de question, Karisma sera de la partie coûte que coûte.

IMG_0964

IMG_0511

IMG_0520
Et le Karma a toujours ses raisons. Après la lecture d’un paragraphe sur la description de cette île, tout s’illumine : Nusa Lembogan est en réalité la jumelle de Gili T côté Lombok. Beuuuurk non merci. On révise par conséquent notre géographie locale, et penchons notre dévolu sur sa voisine, Nusa Penida. Environ 10 fois plus grande, et 15 fois moins peuplée, voilà de quoi nous satisfaire, d’autant plus que Karisma est la bienvenue au pays. Et Mesdames et Messieurs, voici notre coup de cœur indonésien.

IMG_0697

IMG_0673

IMG_0711

Première journée repérage de l’île avec combat de coqs, et surtout escapade au Casino du coin. Ici pas de croupier, de costard / cravate, de cocktails, encore moins de tables ou de chaises, et encore encore moins de roulette avec numéro gagnant. Non, ici si tu veux devenir millionnaire, tu donnes tout ce que t’as sur Mickey, Donald ou Bob l’éponge. La table de jeu copyright Disney a de quoi faire sourire, mais on ne plaisante pas avec le jeu. Après avoir déplumé la banque en seulement 15 min (chance du débutant oblige), les regards se font un peu moins accueillants et, bon enfants que nous sommes, nous partons sur un All In mémorable en faveur de Bob l’éponge. A l’instar de notre mise, c’est finalement Daisy qui sortira sur cette ultime main. Pas fâchés d’avoir perdu 1€, nous saluons nos compagnons de jeu, et filons nous reposer. Demain, tour de l’île en perspective à la cherche de notre nouveau centre de plongée.

IMG_0563

IMG_0571

IMG_0669

IMG_0582

IMG_0601

IMG_0620

7.00 AM, Karisma a déjà enclenché le starter.

Histoire de casser le cliché du confort routier balinais, nous parcourons les quelques km nous séparant des deux centres plongée en slalomant les centaines de nids d’autruche parsemés sur le chemin. Une visite de grotte plus tard, et nous débarquons dans le centre de plongée du coin pour prendre la température de l’eau.
Bon alors Wayan, y’à quoi a voir sous l’eau ?
– Poissons clown ? Tu nous prends pour des lapins de 6 semaines ou quoi ?
– Heu Stone fish ? naaannn trop petit
– Mm Requins ? pfff déjà faits
– Pfff Raies Manta ? What ! Là tu me fais plaisir !! Vendu !

In fine, nous n’en verrons que très peu, loin du fantasme de la Nouvelle Calédonie, mais largement suffisamment pour nous donner le smile jusqu’à la fin de notre séjour. De loin la plongée la plus hors du commun que nous ayons faite. Zéro coraux, une eau à 12 degrés, et des raies mantas sur fond sableux.
Une merveille.
Nous restons une semaine complète sur ce petit morceau de paradis de Penida, où nous allons de surprises en surprise.

IMG_0734

IMG_0761 - Copie

IMG_0945

IMG_0938

S’ajoutent à l’extasie des raies mantas des randonnées et plages à couper de souffle. Mais ces récompenses doivent se mériter. Les nids de poule on oublie, là où on va, la DDE a tout simplement oublié de poser du tarmac. Rien. Walou.

IMG_0918

Le seul chemin consiste en caillasses censées délimitées une chaussée inexistante. Et par conséquent, ce qui devait arriver, arriva. Nous crevons sur le chemin du retour, au milieu de la pampa. Seulement, pas de quoi paniquer, car vous êtes en Asie du Sud-Est, et le réseau Norauto est plus développé que partout ailleurs. C’est ainsi que nous rencontrer notre sauveur / agriculteur / démonteur de pneu. Imaginez bien, le messie nous apportera une chambre à air neuve, tombera et remontera fissa fissa notre roue à la force des biceps et tout ça en moins de 15 min, au beau milieu d’un chemin de brousse. Situation assez cocasse qui aura le mérité d’ameuter le village ainsi que le cousin éloigné des Bogdanovs pour une bonne partie de rigolade.

IMG_0777

IMG_0791

IMG_0795 - Copie

Plusieurs jours s’en suivront avant que le ferry ne nous ramène du côté de Padang Bai, direction Denpasar. Juste le temps de faire une halte nocturne dans la demeure extraordinaire de Pitu et Dibu, que nous avions rencontrés quelques jours plus tôt à Amed. Nous passerons donc une nuitée du côté de Manggis, au milieu des rizières, à siroter de l’accra fait maison et déguster des plats préparés par nos hôtes français.

IMG_0998

IMG_1028

IMG_1033

Direction donc Denpasar le lendemain, où nous faisons nos adieux le cœur serré à Karisma. Une belle histoire qui aura pris fin après 1 mois, en ce 9 septembre 2015. Nous prenons le temps de flâner à Denpasar, inhalons une dernière bouffée de la joie de vivre des habitants et de l’accueil ambiant.

IMG_1036

IMG_1062

IMG_9818

IMG_9840

IMG_1097

IMG_1082

Comment être sûrs d’emporter au maximum ses dernières touches d’Asie. 6 mois sur ce continent si différent que l’on s’apprivoise au final si vite. Cette parenthèse était la nôtre et nous savons que le voyage prendra une tout autre tournure une fois que nous aurons quitté l’aéroport. Nous n’avons pas envie de partir, et avons l’impression de laisser quelque chose de fort derrière nous. Mais toutes les bonnes choses ont une fin. Oui. Non ! Aller nous essaierons de repasser dans le coin sur le chemin du retour.

L’Occident et Etienne (frère de Clem), nous attendent désormais en Australie, à Melbourne. Il est temps de poser les bagages 3 mois dans soit disant la « best place to live », de profiter de la coffee culture et des randonnées sportives, ainsi que de renflouer les caisses si nous voulons que ce petit rêve s’éternise un peu plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *