wpid-wp-1439196187267.jpeg

Le ciel, les oiseaux et Samar

La première moitié de notre séjour avec All hands est déjà derrière nous, et nous entamons la seconde avec quelques jours de vacances… bien mérités !

wpid-wp-1439189366729.jpeg

wpid-wp-1439189373324.jpeg

Direction le sud de l’île de Leyte pour notre jour off hebdomadaire, ou plutôt nos 3 jours, pour cause de fiesta ! Dans tous les cas, les ouvriers locaux seront torchons / chiffons / carpettes lundi et mardi, alors autant que tout le monde profite de ce week end prolongé.

6h après notre départ de la base, nous arrivons ainsi à Maasin en Van-van, direction Padre Bourgos pour quelques sessions de plongée.

Il nous faudra 1h de plus pour rejoindre notre hôtel, à bord d’une moto/side-car taxi, plus connu sur le nom de tricycle. En omettant le fait que nous soyons mis à contribution pour envoyer des signaux lumineux avec notre portable en guise de phare arrière, tenir une lampe torche en guise de phare avant, le tout sous une pluie battante, nous pourrions, ma foi, qualifier ce trajet d’agréable.

Nous arrivons donc 1h plus tard à notre point de destination. Le Southern Leyte Dive Resort.

wpid-wp-1437094736998.jpeg

Étrange.

Nous sommes les seuls clients dans ce Resort plutôt bien entretenu et des plus abordables. Et pour cause, Günther, son proprio allemand – obviouly – nous expliquera avec quelques trémolos dans la voix que le business se porte très mal depuis le passage de Yolanda. Même si cette partie de l’île n’a pas été touchée, les clients associent facilement – et à tort – l’intégralité de l’île de Leyte aux typhons. Les réservations sont quasiment inexistantes depuis 2 ans ; nous sommes les premiers en 5 semaines. Coup dur.

Bref, histoire de faire remonter son CA l’espace de 2 jours, nous prenons réservation de 2 plongées qui, jeunes plongeurs que nous sommes, restera j’en suis sûr dans nos mémoires à vie.

wpid-wp-1439190432308.jpeg

Nous faisons donc la connaissance de notre instructeur Christian, un jeune fou expatrié ici depuis des années pour cause d’amour passionnel avec une Philippina. Ni une ni deux, voilà qu’il nous embarque à l’arrière de sa fourgonnette direction la baie. Sous des trombes d’eau, nous enfilons nos combinaisons intégrales, traversons un champ de noix de coco et nous immergeons dans l’eau.

À première vue, c’est pas les Seychelles.

A deuxième vue, c’est l’Amérique du monde sous marin.

Pas de requin cette fois-ci, mais outre la tortue et la raie aigle que nous verrons, nous sommes surtout époustouflés par la flamboyance des coraux, digne du décor de la petite sirène. Nos deux descentes nous offriront un léger dénivelé, plongeant dans un mur de plusieurs dizaines de mètres, formant ainsi un amphithéâtre débordant de vie marine. Extra.

Pendant nos « temps morts », nous en profiterons pour manger des bonnes grosses saucisses allemandes et nous promener sur les plages de Bretagne.

wpid-wp-1437094747191.jpeg

wpid-wp-1437094741736.jpeg

Week-end inoubliable.

De retour à Tacloban, changement de plan. Les trois jours règlementaires sur un site sont écoulés et nous pouvons postuler à un nouveau projet. Ça tombe bien, All Hands propose à 2h de là, sur l’île de Samar, un autre projet « satellite » pour lesquels les volontaires s’inscrivent pour 1 à 2 semaines.

Le topo : depuis le passage du typhon Ruby, de nombreux bateaux de pêcheurs n’ont pas tenu le choc ; l’action humanitaire s’est engagée pour y remédier et permettre aux marins de regagner leur outil de travail.

La structure est plus petite, environ 12 volontaires uniquement vs. 70, de quoi être au calme quelques jours, tout en apprenant à manier le rabot et le ciseau à bois entre deux sessions de basket avec le village (stats de Gilou : 18 tirs / 0 point, propre). Welcome to Samar !

wpid-wp-1439190286028.jpeg

wpid-wp-1439189380579.jpeg

wpid-wp-1439189376474.jpeg

Gilou part 10 jours là-bas, Clem reste à Tacloban pour enchaîner sur un projet aussi palpitant : Magallanes.

Magallanes, c’est un quartier de Tacloban situé en bord de mer. Alors forcément, qui dit mer + typhon, dit raz-de-marée. Le quartier est classé en zone « non long-term building », autrement dit l’administration ne délivre pas de « permis » pour construire des habitations /  bâtiments en dur. Pourtant, une petite communauté résiste encore et toujours aux propositions de relocalisation.

Après moult concertations avec le chef de quartier, les habitants ont tranché : ils souhaitent voir All hands construire un terrain de jeux pour enfants. 

Chouette projet, d’autant plus que tout sera fait de A à Z : marteau piqueur pour niveler le sol, coulage de la dalle et du banc en béton (56 mixs à la main en une journée, merci bonne année) et menuiserie.

wpid-wp-1439191519952.jpeg

wpid-wp-1438679304388.jpeg

 

wpid-wp-1438679310851.jpeg

Pour les amatrices de mode, on remarquera les chaussures dîtes Titeuf / Forrest.

Malheureusement, nous partirons avant que le projet soit entièrement terminé. Mais le résultat est juste ma-gi-que !

wpid-wp-1439196073553.jpeg

wpid-wp-1439191512797.jpeg

Voilà pour les Philippines, déjà 3 semaines, et c’est avec le cœur serré que nous nous envolons pour l’Indonésie sur quelques mots de Clem :

Ce projet nous a transcendé. Avec lui, nous avons entre-aperçu une nouvelle façon de « voyager ». Ici il n’est plus question de savoir quels sont les higlights à ne pas manquer, ou quels sont les meilleurs plans de guesthouses. Ici, il n’est plus question de toi.

Tu t’oublies, et à bout de force et de sueur, un philippin s’arrêtera au bord de la route pour te dire « thanks for what you’re doing for our country » ou « you’re are my hero »; tout prendra alors sens.

Les Philippines, notre vrai coup de cœur ? Oui, très certainement. Peut être sera-t-elle d’ailleurs une étape indispensable sur le chemin retour de la Nouvelle-Zélande ?

One thought on “Le ciel, les oiseaux et Samar

  1. La béton c’est mon rayon mais les voyages ce n’est plus de mon âge. Par contre ma nièce c’est du béton, elle assure. Bravo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *